Accueil Corrélation
Corrélation - Tel: 01 43 70 17 57
Comprendre une réalité, proposer des actions


 

Les bonnes pratiques de la concertation

(Extraits)

Aujourd’hui la modernisation d’un quartier ancien ou une opération d’aménagement urbain, même modeste, ne peut s’imaginer sans processus dit « de concertation » avec les citoyens. Celui-ci met en présence quatre types d’acteurs : les élus et parmi eux les décisionnaires, le pôle sociotechnique (techniciens territoriaux, représentants de SEM ou de l’administration, experts universitaires ou consultants), les professionnels de l’animation et bien entendu le grand public (les habitants, les citoyens/électeurs, les bénéficiaires, parfois organisés en association). (...) Ces acteurs ont des intérêts sont différents, voire divergents et leurs attentes réciproques sont plus ou moins réalistes. Les formes et les registres de la concertation sont variés, boostés par la e-participation, très inventive et recouvrent plusieurs niveaux de relations entre l’autorité publique et les citoyens : information, consultation, concertation, négociation. (...)

Participer à un atelier citoyen est, pour les habitants, une démarche active, les réunions publiques, s’inscrivent dans une démarche plus accessible. Des opérations de type journées portes ouvertes attirent davantage un public familial. Mais la participation des jeunes reste faible. (...)

Régulièrement, les élus ont à faire face à des minorités agissantes qui donnent le sentiment d’une forte opposition de la population. (...) la dérive trop fréquente des élus, notamment au cours des réunions publiques, est de verser dans le discours électoral. Cette dérive devient rapidement contre-productive laissant la place à une concertation alibi qui décrédibilise la volonté de concerter. Le dispositif crée de l’hostilité : refus de participer ou expression forte des désaccords dont Internet facilite la diffusion. (...)

Professionnels de l’animation : partir de ce que les citoyens ont à dire.

Le rôle de l’animateur est central pour faire avancer le processus. Son rôle n’est pas celui d’un communicateur comme sur un plateau de télévision mais celui d’un facilitateur de l’expression du public citoyen qui se garde d’induire un message : il a pour tâche d’aider les citoyens à conceptualiser et à argumenter leurs propositions. Dans le cadre d’un projet modeste, une municipalité organisera « en direct » la concertation : un élu ou un responsable municipal jouera, avec sincérité, le rôle de l’animateur, sans être toujours conscient de l’impérative nécessité de distanciation et de la difficulté de l’exercice lorsque l’on est en quelque sorte juge et partie. Notre approche permet de canaliser les prises de positions partisanes et l’expression de jugements tranchés, pour rester dans le concret. L’animateur se veut constructif : il adoptera une posture distanciée et une attitude de neutralité bienveillante. Il s’adaptera à la nature du thème traité : abstrait ou concret, à enjeu politique fort ou faible, etc. Il apportera son savoir-faire spécifique au bénéfice de la démocratie participative.

Notre approche de l’animation privilégie l’expression des citoyens : faire en sorte qu’ils puissent réellement s’exprimer, en évitant néanmoins la captation de la parole par une minorité agissante.

Téléchargez le texte intégral de l’article Bonnes pratiques de concertation

 
 
Réalisation TipTopTool.com
 

Corrélation est un cabinet d'études et de conseil
Mentions Légales